La Lynx d'Atari

Au tout début de la Lynx c’est l’histoire deux membres de Commodore, Dave Needle and R.J. Mical. Ces deux ingénieurs ont travaillé ensemble sur un projet d’ordinateur. Cet ordinateur est l’Amiga ! Ces deux confrères partirent de Commodore et fondèrent leur propre société Epix. Ensemble ils commencèrent à développer une console portable. Ils ont l’idée d’avoir une console portable avant tout. Maintenant on avait déjà vue des consoles portables avant, et oui les game&watch de Nintendo. Ainsi pourquoi ne pas avoir une console portable couleur ? D’autant plus que Nintendo préparait une console portable en noir et blanc et qui franchement ne payait pas la mine.

 

Au début de l’année, au CES de Janvier 1989, Epix présente leur console portable couleur, nommé la Lynx. Malheureusement peu de temps après, Epix fit faillite. Les deux ingénieurs voulaient sauver leur machine de l’abandon et contactèrent donc plusieurs sociétés dont les ennemies, Nintendo et Atari. Atari sous la présidence du fougueux Jack Tamriel (ancien patron de Commodore)  accepta l’offre. Et voila qu’Atari possédait maintenant une console portable. Atari pensait avoir fait une très bonne acquisition et pour cause.

Sur le papier, Atari se régalait déjà et pensait déjà dominer le monde des consoles portables, ils étaient bien loin de la réalité. La console avait un Cpu 8 bits cadencé à 3.6 Mhz. Ainsi le Cpu était supérieur à celui de la Nes mais pas de la future Game Boy ! Les graphismes eux étaient bien meilleur que ceux de la Game Boy (en noir et blanc). Ils pouvaient afficher 16 couleurs en même temps sur une palette de 4 096 couleurs ! En plus la console se prêtait au tant au droitier qu’au gaucher. Cela peut faire sourire mais toutes les manettes sont faites pour les droitiers exceptés une ou deux consoles dont la Lynx.

Malheureusement, Atari ne voyait pas les grands inconvénients de sa nouvelle console. Déjà le poids de la console. La Game Boy pesait 200 grammes, la Lynx 800 grammes ! Pour une console portable ce n’est pas l’idéale. Enfin le gros point négatif, l’autonomie. Sur le papier la machine fonctionnait 6 heures avec 6 piles AA, en réalité c’est seulement 3 heures ! La Game Boy faisait beaucoup mieux avec 4 piles AA on avait 35 heures de jeux !

La console sortit aux USA en Octobre 1989 au prix de 199$, ce qui est presque 2 fois plus que la Game Boy sortit aux USA en même temps.  Déjà voila Atari en mauvaise posture. Lors de la première année de commercialisation, en 1989, seul 5 jeux sortent sur le support ! Et quels jeux. Blue Lightning est un jeu ressemblant étrangement à After Burner. Pourtant le jeu n’a pas le charme de ce dernier.

Nous avons aussi le bon California Games. Le jeu est malheureusement le seul à être valable pour la console et encore. Car ce jeu a une durée de vie très limité face à un Super Mario Land ou même un Tetris.

Autre jeu à remarquer, il s’agit du seul shoot’em up de la console à cette époque, c’est Gates of Zendocon. Malheureusement ce shoot’em up ne paye pas la mine et c’est au final un jeu de qualité moyenne.

Les publicités pour la console sont comme les jeux presque absents. Bref  pour une première année de commercialisation, la Lynx est un véritable échec. Le prix de la Lynx est largement supérieur à la GB. Le nombre de jeux et leur qualité n’en parlons pas, et les publicités elles ont ne peut pas en parler car il y a rien.

Alors Atari va-t-il se rattraper en 1991 ? Et bien non ! On voit la sortie de seulement 11 titres cette année ! Soit un jeu par mois ! On imagine assez facilement que la Game Boy connaissait plutôt 11 jeux par mois ! Cela n’améliora pas la position de la Lynx…. . Heureusement sur ces 11 jeux quelques un sortent du lot, enfin car il y a rien d’autres dirons nous plutôt.

Déjà le jeu de l’année, et qu’il faut vraiment remarquer, c’est Rygar. Ce jeu est un portage de la version arcade du même nom sortie en 1986. Et chose assez extraordinaire, le portage nous donne un jeu bien plus joli que la version arcade. Le décor regorge de détailles et le personnage est très bien représenté. Voila le jeu qu’il fallait sortir en premier. Malheureusement le jeu et=st très isolé et sort trop tard pour la Lynx.

Sinon on voit la sortie du très connue Rampage, qui est, il faut l’avouer, plutôt joli comme jeu. Du moins la qualité graphique est bien supérieure à la version Nes.

En plus de Rampage, on voit la sortie de Ms Pac Man, PaperBoy. Au final on voit que la console accueille de nombreux jeux arcades.

Malheureusement ces quelques bons jeux ne permettent pas à Atari de rattraper son retard sur Nintendo. Et oui, Atari est incapable de répondre à des jeux comme Gargoyes’s Quest, Final Fantasy Legend 2 (SaGa 2), ou encore Gradius 2. En plus la Game Boy  des jeux à licence comme  Batman, Tortue Ninja, et j’en passe.

Pour essayer de sauver la mise, Atari décide de sortir sa console au Japon et en Europe cette année là. Au Japon c’et de suite la catastrophe. Les Japonais refusent une console étrangère, le nom d’Atari y est presque maudit et c’est le terrain de Nintendo et Game Boy. Il ne faut pas non plus oublier que la console n’a pas de RPG avec elle, alors que le Japon est le pays du RPG, la catastrophe arrive très vite.   

 En 1991, la situation commence à devenir critique pour Atari. La firme a complétement été battue par Nintendo et sa Game Boy et voila maintenant qu’un autre rival arrive ayant pour but de mettre une raclée à Nintendo, il s’agit de Sega et sa Game Gear. Cette dernière possède des caractéristiques proches de la Lynx, mais a des éditeurs tiers et des bons jeux avec elle. Atari décide déjà de revoir sa console et sort une nouvelle version, la Lynx 2. La console est moins lourde et possède une meilleure autonomie, sans dire une amélioration flagrante de l’écran.

 

La console est aussi moins cher, 99$.

Et coté est-ce que cela s’améliore et bien étrangement oui. On voit la sortie de quelques 24 jeux. Certes c’est bien inférieur au 40 jeux sortis sur Game Gear cette année et au 80 jeux sur GB !

Heureusement, on voit cette année là deux hits venant de la Famicom. Il s’agit de Ninja Gaiden 1 et Ninja Gaiden 3. Ce dernier est plutôt proche de la version Nes ! Ces deux jeux permirent de vendre quelques consoles supplémentaires.

Atari essaye aussi de sortir des titres venant des consoles de l’époque, la Snes et la Megadrive avec Super Off Road. Le résultat est plutôt probant.

Atari développe même sous l’autorisation de Namco, Pac-Land, un jeu de plateforme.

Atari sort quelques jeux essayant de rivaliser avec certains titres de Sega, comme Checkered Flag, un titre qui ressemble étrangement à Monaco GP.

 

Avec Hard Drivin, Atari essaye de sortir un jeu de courses en 3D. Le résultat est pitoyable, mais il y a de l’idée.

 

Atari développe d’autres jeux en 3D qui sont très impressionnant une portable à l’époque. On remarquera par exemple le simulateur de combat aérien de la 1èr guerre mondiale avec Arbirds. Le jeu est vraiment impressionnant d’un point de vue graphique.

Durant l’année Atari sortit le jeu Rampart qui est un jeu de stratégie sur le moyen age, qui est d’une qualité plutôt bonne.

Pour Noel, Atari sort un jeu de tir à la troisième personne plutôt de bonnes qualités, il s’agit de Toki : Gonig Ape Spit.

Au final l’année 1991, est très bonne pour la Lynx, malheureusement le nombre de jeux est bien trop limité pour faire face à la Game Boy. D’autant plus que l’avant 1991 a été très mauvais pour la Lynx. Personne ne s’y trompe ce n’est pas sur cette console portable qu’il faut parier. En plus Atari rencontre des problèmes financiers de plus en plus importants.

 

En 1992, c’est seulement 13 jeux qui sortent ! La Lynx décline déjà.

On voit la sortie de quelques jeux de sports, comme Hockey, ou encore BasketBrawal. Mais en soit aucun ne vaut le détour.

 

 

Atari sort le jeu Dracula (et oui en 1992 sort le film Dracula). Il s’agit d’un point and click plutôt joli à voir, qui a un petit air d’Alone in the Dark, bien qu’on soit très loin du même résultat.

Sinon on voit la sortie de Shadow of the beast. Il s’agit d’un petit jeu de plateforme/beat’em all assez sympathique surtout au niveau des graphismes.

Le jeu qui vaut le plus ce détour cette année là, c’est Batman. Le jeu est de très bonne qualité. En réalité il s’agit probablement du meilleur jeu de la console. Le jeu sort bien trop tard pour sauver quelques choses.

En 1993 le nombre de jeux tombe à 7. Tout fait pensé à croire que la Lynx vient bientôt mourir.  

Les quelques jeux qui sortent sont tout de même de qualité.

Telegames sort par exemple le connue Desert Strike : Return to the Golf.

 

La même société sort également le jeu Double Dragon. Malheureusement sur ce jeu les personnages sont trop grands par rapport à l’écran et le jeu devient très vite moyen.

On voit la sortie d’un excellent jeu de plateforme Dinolympic. Le jeu n’est pas sans rappeler Lemmings.

Et d’ailleurs ce dernier jeu sort la même année sur Lynx.