Le krach de 1983

Tout le lond des consoles de 2nd génération je vous ai rabaché avec le krach de 1983. Je vais maintenant (enfin) vous expliquez ce qui c'est passé.

 

Nous sommes en 1982. Au début de l'année l'Atari 2600 règne en maitre, l'Intellivision fait un peu d'ombre à Atari mais rien d'autres. Les éditeurs tiers produisent beaucoup de jeux sur les consoles d'alors (surtout sur Atari 2600). Bref tout va pour le mieu dans le meilleur des mondes et rien ne prédit une crise majeur.

En été 1982, Coleco sort sa Colecovision dont le graphisme des jeux sont merveilleux. La Colecovision permet grace à des contrats de faire apparaitre des sociétés nippones jusqu'alors peu présentent dans la vente de jeux console. On notera naturellement Nintendo, mais aussi Sega et Konami.

Entre le début de l'année et l'été, Atari sorti naturellement des jeux dont le fameux Pac Man. Le jeu c'étant vendue comme des petits pains en arcade tout les éditeurs se précipitent sur l'occasion de faire du bénéfice. Malheureusement le Pac Man d'Atari a été programmé en seulement 6 semaines. Le résultat est catastrophique, le jeu est horriblement lai.

 

 

 

Naturellement d'autres socités comptent recopier le principe d'Atari avec Pac Man. Atari attaquera en justice Magnavox par exemple, car il dévellopait un clone à Pac Man. Cela est bien regrétable car ce clone était de meilleur qualité que la version Atari... .

En tout cas Pac Man déçoit beaucoup de fans d'Atari et cela ce comprend. Imaginez que demain un Final Fantasy sort et qu'il soit moche, injouable, et avec toute les mauvaises qualités du monde. Les fans en prendraient un coup.

Atari continua naturellement dans la bétise.

En Juin 1982, Steven Spielberg sortira son merveilleu film ET. Le succès fut collossal. Le film est un véritable chef d'oeuvre, encore merci Mr Spielberg. Maintenant un trés bon film devient généralement un jeu. On peut prendre l'exemple des Harry Potter. A chaques fois qu'un film HP sort, juste après on voit déboulé le jeu.

Ainsi Atari commença le dévellopement d'ET en espérant se faire beaucoup de bénéfices. En 6 semaines le jeu était fini et mise en vente. En 6 semaines les programmeurs avaient réussis à faire un jeu horrible encore une fois.

 

Le pire dans tout ça c'est qu'Atari avait cru pouvoir vendre son jeu. Atari trop optimiste produisa 4 millions de cartouches et seulement 1.5 millions furent achetés au final, bref un véritable échec commercial. Atari continua ces bétises, en Octobre, la firme sorti son Atari 5200. La console n'était pas soutenue ou presque pas par Atari, en plus les jeux d'Atari 2600 n'étaient pas compatible. Et voila encore un échec commercial pour Atari.

En Décembre, Atari devait avouer au public que les bénéfices de l'année ne furent pas ceux prévue. Le résultat fut direct, le 7, le court des actions d'Atari chuta une première fois de 32%!!! Atari était bien mal partie. La chute des courts d'Atari n'aida pas comme on peut le penser les éditeurs tiers ou les constructeurs de consoles. Ceux-ci subirent aussi le contre-cout de la chute des actions d'Atari. Le système était ainsi fragilisé.

 

Pour Noel 1982, les jeunes américains ont un vaste choix de console. Ils peuvent se procurer une Atari 2600, Atari 5200, Intellivision, Colecovision, Vectrex, Odyssey2, Arcadia 2001, sans compter d'autres consoles encore plus obscurs. Le marché des consoles est totalement saturé. Le marché des jeux l'est aussi. La production de jeux pour l'année 1982 équivallait près de 2 ans de productions! En plus ces jeux ne sont pas forcément des hits comme on a pu le voir chez Atari.

Pour alourdir le problème, les premiers micro-ordinateurs "abordable" commencent à apparaitre. On se rapellera de l'Apple2, du Commodore 64, l'Atari 400, du Sinclair Spectrum. Tous ces ordinateurs étaient bien en avance face aux consoles. Juste deux exemples, L'Atari 400 (qui était alors en fin de vie) était aussi puissant qu'une console toute récente l'Atari 5200! Autre exemple le Commodore 64, rien que du coté RAM l'ordinateur explosait la Colecovision (64 ko de Ram contre 16 ko!). Les ordinateurs étaient donc bien plus performant. Les joueurs se tournaient ainsi trés facilement vers des jeux ordinateurs colorés, et avec des graphismes beaucoup plus fin.

Ainsi à la fin Noel 82, le constat est le suivant. Atari doit faire face à des difficultés financières croissantes (sachant qu'Atari possédait la majorité des parts de marchés). Le marché des consoles et des jeux consoles est totalement saturé et en plus la majorité de ces jeux est de trés mauvaises qualités. Et enfin les micro-ordinateurs deviennent à la mode et les jeux sont de bien meilleurs qualités.

A la fin des fètes, les jeux on-revendues sont renvoyés aux éditeurs tiers pour etre échangés ou remboursés. Malheureusement les éditeurs tiers concernés n'ont aucun moyen de satisfaire les sociétés de distributions. Elles doivent donc écouler les jeux et pour cela elle baisse les prix. Le prix des jeux va passer de 34$ à 3$ en 1 an! En plus les sociétés distributrices perdent confiance avec les éditeurs tiers et les fabriquants de console (chose qui se comprend). Les journalistes rentrent dans le jeu alors. Les journaux disent que le jeu video est game over et les quelques journaux portant sur le jeu vidéo de l'époque (comme Tilt) arrète de parler des consoles du jour au lendemain. Une fois les médias prévenues c'est les investisseurs qui partent et laissent tomber les sociétés.

Cela a pour conséquence d'empirer les situations déja catastrophique. En 1983, Atari perd ainsi 538 millions de $!! Coleco perd 258 millions de $!! Et Mattel voit sa branche perdre plus de 100 millions de $ manquant emporté la filliale mère dans sa tombe. Les résultats économiques des sociétés sont ainsi catastrophique. Pour améliorer encore le tout, les sociétés font des erreurs au près des joueurs et des médias munumentale. Coleco annonce ainsi son ordinateur Adam qui ne fontionnera jamais, Mattel annonce une Intellivision III qui ne sortira jamais et Atari fait de meme avec une Atari 7800. En plus Atari subit une autre tourmante. Après la sortie de la Famicom au Japon (lancement extrément bien réussi et le SEUL lancement réussi cette année), le président d'Atari signa un contrat de distribution des Famicoms aux USA. Atari dépendait à l'époque de l'entreprise Warner. Le président de Warner en apprenant cela une des contacts assez glacé avec le patron d'Atari. Ce dernier fit une dernière bétise en cendant touttes les actions de Warner juste avant l'annonce des résultats négatifs de la société. Vous avez compris la suite, sa été adios amigos pour le patron d'Atari, et le contrat avec Nintendo (qui aurait pu sauver Atari) tomba à l'eau. Mais attention Atari n'avait pas fini! En Septembre ne sachant pas quoi faire des cartouches d'ET, Atari entera les cartouches dans une décharge public du Nouveau-Mexique... Les journalistes eurent vent de l'affaire. On voit bien l'image d'Atari après cela.

 

  Et cela n'était rien. En 1982, la vente de cartouche avait rapporté 1.5 milliards de $! En 1983 la vente de cartouche rapporta 75 millions de $! Il s'agit d'une chute énorme. On imagnie que les premières consoles commencèrent à disparaitre.

Après une année 1983 pire que catastrophique, l'année 1984 ne fut guère mieux, à nouveau des consoles disparurent comme l'Intellivision, la Colecovision, l' Atari 5200. Heureusement Nintendo présenta dans le millieu de l'année son AVS. Il s'agissait d'un ordinateur basé sur la Famicom. Il s'agit d'ailleurs de la seul bonne nouvelle. Le krach en 1983 avait tout balayer.

Il faudra attendre Octobre 1985 pour que les consoles reprennent le droit d'exister. Nintendo sortira sa Nes, avec des conditions au près des sociétés de distributions trés stricte au début. Nintendo devait racheter tous les jeux et toutes les consoles non vendues.

 

Le krach de 1983 aura donc litéralement exterminer les consoles aux USA. Seul l'Atari 2600 s'en sortit vraiment. L'Intellivision et la Colecovision seront rachetés par d'autres sociétés. En un an tout ce qu'avait construit les sociétés depuis l'Odyssey était mort. Les consoles aux USA n'étaient plus en Europe non plus, seul le Japon résista bien.

Les conséquences du krach de 1983 furent mondial et durèrent dans le temps.

Déja la première conséquence visible sa été l'"extermination" des consoles américaines. Il faudra attendre 2001 pour que Microsoft sort la Xbox. Le centre de gravité du jeu vidéo passa ainsi des USA au Japon avec Nintendo.

Autre concéquence, les causes de la crise venant des éditeurs tiers en parti ne tomba dans l'oublie. Nintendo n'oubliera jamais le krach et obligera les éditeurs tiers à des règles trés strictes. Meme si ces règles ne sont plus d'actualité, les éditeurs tiers doivent payer environ 6$ par jeu vendue aux frabricants de consoles, cela pour éviter trop de mauvais jeux.

Une autre conséquence se fut le règne des micro-ordinateurs jusq'en 1985 et qui se termina avec les consoles 16 bits.

Pour résumer un an de crise a provoqué une extinction de masse et a modifié durablement l'économie et la géopolitique du jeu vidéo.   

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site